Numéro du mois

Page-3

Il n’y a pas meilleur moment pour revenir sur un événement que quand les rideaux sont tombés et l’euphorie redescendue. C’est ainsi qu’Haïti Monde revient sur l’exposition :

«Haïti. Deux siècles de création artistique» au Grand Palais.

Cette exposition, comme le pense plus d’un, fera date à la fois en Haïti, en France et même au-delà. L’événement a suscité l’intérêt tant du public, de la presse et des curieux. Déjà très dynamique, la création haïtienne y trouvera des raisons pour continuer à proposer au monde sa vision et son dialogue avec la réalité.

Régine Cuzin, commissaire de l’exposition, nous a accordé un entretien très pédagogique. Elle nous dévoile la préparation et  la réalisation de l’exposition. Mireille Pérodin Jérôme, l’autre commissaire de cette exposition, la grande dame qui a dédié sa vie, sans tambour ni trompette, à promouvoir l’art haïtien, nous éclaire sur le travail d’orfèvrerie qui a été réalisé pour le montage de l’événement. Elle nous parle également du déroulement de la création dans un pays où les artistes n’ont pas toujours l’œuvre facile.

On passerait des heures à lire et relire ces entretiens tant ils sont éclairants. Ils constituent des œuvres à part entière pour redécouvrir l’exposition et les reportages qu’en donne le site Internet du Grand Palais. Les autres chroniqueurs sont au rendez-vous. Ils entraînent le lecteur dans des sentiers toujours surprenants. James Darbouze poursuit sa belle série sur l’aménagement du territoire en Haïti. Il analyse la construction du parc sportif olympique de Canaan. Sauf que le bel ouvrage a été implanté dans une zone inapte à la construction. Websder Corneille de son côté mène son enquête sur le journalisme en Haïti. De la formation au salaire en passant par le logement tout est passé en revue. Faubert Bolivar invite les journalistes à porter la plume dans la plaie. Marc Maesschalck nous parle de nos engagements actuels qui redéfinissent la gauche. Louis Sala-Molins, de son côté, nous donne numéro après numéro un billet pour la réflexion. Les pages de culture sont présentes. Enfin, pour une introduction, c’est un coup de maître que vient d’accomplir Josué Dahomey en ouverture de sa rubrique au titre  évocateur: «La question haïtienne saisie par la philosophie».

Bonne lecture !


Laisser un commentaire

Back to Top ↑