editorial Haiti-Monde-n-9

Published on avril 21st, 2015 | by admin

0

Haiti Monde n°9

L’explosion démographique en Haïti

 

Haiti-Monde-n-9

 

La bombe P avait tout l’air d’un mythe. Dans le contexte de la guerre froide, après l’invention des bombes A et H, Paul R. Ehrlich et sa femme publient en 1968 le livre The population bomb (La bombe P). Autant le livre était alarmiste et prédisait une grande famine qui devait s’abattre sur la planète à cause de la croissance continue de la population, autant son succès en librairie fut grand. Mais si Paul et Anne Ehrlich ont permis de placer les questions de population et de démographie au centre des débats, leurs analyses ont donné lieu à des actions de contrôle des naissances fort discutables. Certains, à la suite de cette publication, voyaient toute augmentation de population comme le cheminement vers l’explosion démographique.

Or, la réalité a montré que l’évolution de la démographie était plus complexe. Le Nigéria et le Costa Rica par exemple ont en commun une forte progression démographique depuis une soixantaine d’années. La comparaison s’arrête à ce seul point, les deux pays représentant deux visages différents de la croissance démographique. Dans le cas du Nigéria, elle ressemble à ce que le malthusianisme décrirait comme un voyage vers plus d’inégalité. Les riches sont devenus plus riches et les pauvres, en plus d’être plus nombreux, sont devenus plus pauvres. L’accroissement de la population du Costa Rica par contre a été une chance pour ce petit pays d’Amérique Centrale et lui a permis de devenir une grande nation. Après une période de guerre civile due à une élection contestée, les Costariciens ont supprimé leur armée et réorienté le budget militaire vers des politiques sociales. Depuis, les indicateurs ne cessent d’afficher des résultats satisfaisants sur l’accès à l’éducation, à la santé, à l’aménagement du territoire, au travail et au bien-être en général. Ainsi, le Costa Rica n’a eu aucune difficulté à accepter une forte progression de sa population. En soixante ans, celle-ci est passée de 800 000 à plus de 4 millions et le pays n’a connu ni famine ni violence. On l’appelle même la Suisse de l’Amérique centrale.

Si les prévisions d’évolution de la population haïtienne se confirment en 2050, le pays comptera plus de 14 millions de personnes. 4 millions d’Haïtiens viendront s’ajouter aux 10 millions vivant actuellement sur nos 27 750 km2. Et déjà, ils interrogent notre époque et souhaitent savoir dans quel contexte nous allons les accueillir : dans celui du Nigéria ou du Costa Rica ? La croissance démographique en soi n’est pas négative ou positive. Elle est un fait de l’humanité. Seule la politique d’accompagnement de l’évolution démographique peut en faire quelque chose de réussi ou de funeste. Les projets de contrôle des naissances peuvent faire plus de tort que le mal qu’ils devaient résorber. Ils ont durablement faussé la pyramide des âges dans certains pays d’Asie où la politique de l’enfant unique ou autres restrictions avait été appliquée. La politique la plus appropriée en matière de population semble celle, comme l’a fait le Costa Rica, qui intègre plus de justice sociale. C’est par cette voie qu’on donnera aux individus la possibilité de choisir en toute liberté et responsabilité d’avoir autant d’enfants qu’ils le souhaitent.

Éditorial de Fritz Calixte (n° 9)


About the Author



Back to Top ↑